Le théâtre francophone en question

Le 5 février 2024, SémaFores recevra la visite de la professeure Renata Jakubczuk, de l’université de Lublin (Pologne). Cette spécialiste du théâtre en langue française fera deux conférences dans le cadre d’Erasmus Plus : l’une à 10h30 sur le grand dramaturge belge Paul Willems, et l’autre à 14h sur le théâtre africain. Toutes deux auront lieu au Campus Pont-de-Bois (bâtiment C, amphithéâtre C2). Elles forment une activité SémaFores intitulée « Le théâtre francophone en questions ». Vous trouverez l’affiche en pièce jointe.

 

Amitiés et inimitiés dans les littératures en langue française – Journée d’études Jeunes chercheur•euses

Le 15 mars 2023 s’est tenue une journée d’études pour jeunes chercheurs et chercheuses organisée par Albert Tossou et Mathilde Berg, doctorant•es en littérature francophone sous la direction de Paul Dirkx.

Retrouvez ici le programme de la manifestation.

Programme JE Amitiés et inimitiés

Compte-rendu : La Poétique de la cale, Fabienne Kanor

Fabienne Kanor, autrice, journaliste et documentariste martiniquaise née en 1970, publie ses premiers romans – à partir de 2004 avec D’eau douce – chez Gallimard, dans la collection « Continents noirs ». De Humus (2006) à Louisiane (2020, publié chez Rivages) en passant par Anticorps – dont le titre est significatif – les problématiques du corps, de la mémoire et de l’identité sont fondamentales et fondatrices chez l’autrice. Avec La Poétique de la cale. Variations sur le bateau négrier, Fabienne Kanor signe un nouveau type d’ouvrage, non plus romancé, fictionnalisé, mais plus proche à la fois de l’essai et du carnet de route. L’autrice y dit en effet sa quête de la cale du bateau négrier, trop absente des représentations. Ce qu’elle désigne comme une absence, une lacune, est présent dans chaque page de cet ouvrage, comme autant de variations, pour reprendre le sous-titre. Pour tenter de retrouver la cale du négrier, de la circonscrire et de la rendre visible aux lecteurs et lectrices, l’autrice s’appuie sur les représentations ou tentatives de représentations qu’en ont donné les arts, particulièrement les arts performatifs et littéraires.

L’ouvrage suit un véritable cheminement – qui est aussi une catabase, car pénétrer dans la cale, c’est descendre dans l’enfer du ventre du bateau – qui rendu visible par les titres des quatre parties de l’ouvrage. Ces parties ne sont ni nommées ainsi, ni nommées « chapitres » mais « chemins ». Leurs titres connotent la quête qui est celle de l’autrice : « L’étendue de la lacune », « Profondeurs et dehors de la blès », « La chambre et la cale » et « Chants d’art et de manœuvre ».

Dans la première partie, Fabienne Kanor s’intéresse à quelques bateaux négriers célèbres dont les épaves ont été – parfois seulement supposément – retrouvées. À travers la re-découverte de ces épaves, elle interroge les représentations de la cale qui sont proposées et le rôle que peut y jouer la littérature. Selon elle, lorsque l’on retrouve un bateau négrier, il faut « changer de perspective et […] s’interroger sur l’effet de la fonction des images de l’épave sur les descendants des victimes de la traite, […] ceux dont les aïeux furent dessouchés puis cruellement entassés dans la cale […]. »[1] Le rôle de la littérature est alors fondamental, pour palier un manque, celui d’archives sonore de l’époque : « nous avons dû recourir à des représentations mentales et composer avec l’imaginaire et le réel. À partir de l’étude de maquettes, de cartes, de livres de comptes, de journaux de bord, d’objets, de croquis, etc., nous avons ainsi pu reconstruire mentalement le bateau. »[2] L’autrice revient également sur le processus d’écriture de son roman Humus, dans lequel elle a reconstruit l’histoire de quatorze femmes captives du négrier Le Soleil qui, en 1774, se jetèrent ensemble à l’eau pour échapper à la servitude. Établissant le bilan de son processus de création, elle écrit : « Seize ans se sont écoulés depuis la publication d’Humus comme roman, classé comme roman mais qui peut être lu, si on cabote entre les lignes comme un récit de la quête et de la lacune, une tentative de rentrer chez soi, au mépris des limites de la langue, de l’histoire, de la mémoire et du livre comme espace matériel. »[3]

Dans le deuxième chemin, Fabienne Kanor a recours au terme de blès qui désigne une blessure aussi bien physique que psychologique. Ainsi, « [t]u n’as pas besoin de tomber pour avoir une blès, ça peut venir d’un chaud et d’un froid, ça peut venir par l’eau, ou bien c’est quelque chose qui te blesse le cœur. Un parent que tu aimes et qui t’a rejeté, ça aussi ça peut créer une blès et ça peut faire que tu te sens tout faible et tout triste. »[4] La problématique majeure de cette blès est qu’elle se transmet, selon l’autrice, de génération en génération, affectant même celles et ceux qui n’ont pas connu l’esclavage. Ainsi,

On dit la blès potentiellement mortelle lorsqu’on ne la soigne pas à temps ou lorsqu’on la soigne mal. L’esclavisé blessé vivra tel quel dans la plantation […]. […] [L]a blès s’installera et se transmettra aux générations qui viendront. J’envisage la chute dans la cale comme une blès intergénérationnelle incurable. Le malheur de l’esclavisé est non seulement d’être tombé, mais d’avoir laissé son corps blessé à ses descendants.[5]

Elle s’intéresse ensuite à la notion de « lieu de mémoire », théorisée par Pierre Nora et s’interroge sur l’absence de la cale du bateau négrier parmi ces lieux, tant dans l’ouvrage de Nora – ce qui étonne moins[6] – que dans les discours des Afrodescendants – « ce n’est pas au lieu de s’élire lieu de mémoire, mais à la communauté pour laquelle il fait sens et trait d’union d’entreprendre ce travail de valorisation. […] J’en reviens à ma question liminaire : pourquoi pas le bateau négrier ? »[7] Elle tente alors elle-même de creuser la mémoire pour y retrouver des traces de la cale – ou pour les inventer. « Mais tout éloquents qu’ils sont, les mots qui disent les maux ne peuvent pas compenser ce qui fut abîmé, confisqué ou égaré dans le temps et l’espace. Le mot cale n’illustrera jamais la cale. »[8]

Dans une troisième partie, Fabienne Kanor explore les analogies entre la chambre à coucher et la cale, à travers des exemples littéraires. La cale apparaît alors comme un point de départ esthétique :

La cale est un lieu prégnant dans les littératures antillaise et noire américaine. Un lieu non pas seulement physique, sujet aux descriptions ou bien cadre des intrigues, mais un espace immanent qui réside dans le système racinaire de ces expressions écrites advenues à elles-mêmes et au monde du fait de s’être libérée de l’entrepont. Je dis que c’est l’en-cale et le hors-la-cale qui ont enfanté ces épopées. Je dis que les personnages que ces littératures couronnent sont des miraculés, des ressuscités de la traite et de l’oppression multiséculaire.[9]

À travers ce chemin, l’autrice explore des chambres qui sont des lieux d’enfermement, où s’accomplissent des rapports viciés et où règnent la mort et l’absence d’espoir. Elle place également le lecteur face à ses responsabilités, affirmant : « Nous avons tout vu et laissé faire […]. La question n’est pas de savoir ce que nous aurions fait à leur place [celle des personnages, ndlr]. Nous sommes à leur place, incurables blessées, captifs de l’irréversible histoire de l’esclavage. »[10] (p. 229)

Le quatrième et dernier chemin de l’ouvrage à l’art et aux œuvres dont « toute […] contient sa part de miracle qui échappe au pouvoir de l’artiste et au vouloir du récepteur : l’impensé qui éblouit. »[11] (p. 295) Cet impensé est une quête pour l’autrice qui appelle à la fin de la partie à pratiquer l’imagination : « il faut continuer à faire briquer les mirages pour honorer les mourants-vivants. »[12]

L’ouvrage de Fabienne Kanor n’est pas un ouvrage scientifique à proprement parler, malgré ses nombreuses références et sa bibliographie – significativement titrée « Héritages ». L’autrice y fait part de ses sentiments, de ses interrogations et de ses propres errements dans la quête de la cale du bateau négrier. Il n’en est pas moins un recueil précieux des représentations de ce lieu qui fait des romans des Afrodescendants, particulièrement dans l’espace caribéen, des « châteaux hantés »[13], ce lieu qui rend impossible le retour mais ouvre néanmoins un chemin[14].

La Poétique de la cale. Variations sur le bateau négrier de Fabienne Kanor est disponible chez Payot-Rivages.

Mathilde Berg, Université de Lille

[1] Fabienne Kanor, La Poétique de la cale. Variations sur le bateau négrier, Paris : Rivages, 2022, p. 56.

[2] Ibid., p. 61. C’est nous qui soulignons.

[3] Ibid., p. 98. C’est nous qui soulignons.

[4] Ibid., p. 122. Fabienne Kanor cite ici un guérisseur spécialiste de la blès.

[5] Ibid., p. 123-124. C’est l’autrice qui souligne.

[6] « Quand Nora et ses collaborateurs s’en vont à travers le France recenser les lieux de mémoire, ils n’escomptent pas y trouver le bateau négrier dont ils ignorent l’impact sur les descendants des Africains déportés. » Ibid., p. 142.

[7] Ibid., p. 143.

[8] Ibid., p. 178.

[9] Ibid., p. 213.

[10] Ibid., p. 229.

[11] Ibid., p. 295.

[12] Ibid., p. 307.

[13] Ibid., p. 232.

[14] « Non, on ne peut pas revenir, mais on peut repasser. » Ibid., p. 377.

Appel à communications: Espace / Temps / Langue(s) : une poésie francophone du nouveau siècle ?

Journée d’étude organisée par Frédéric Briot  et  Paul Dirkx (ALITHILA ULR 1061)

 Université de Lille, site Pont de Bois, 28 mars 2024

(Maison de la recherche, bâtiment F)

La poétesse québécoise Hélène Dorion, au programme du baccalauréat français l’année prochaine, déclare que « la véritable nature du temps est la synchronie, c’est-à-dire l’occurrence simultanée d’événements entre lesquels il n’existe pas de rapport de causalité, ce qui permet donc d’observer des motifs et des résonances, des liens nécessaires, de sentir combien chaque chose est intrinsèquement attachée à une autre, de telle sorte que tout est uni et participe d’une même réalité » (L’Étreinte des vents, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2009, p. 11-12). La spirale est son emblème. Le poète tchadien Nimrod, de son côté, proclame qu’ « il s’efforce seulement de faire émerger la beauté, d’où qu’elle vienne », précisant immédiatement : « c’est dans l’entrelacs des sensations que celle-ci me fait signe » (postface à la seconde édition de Pierre, Poussière, Sens, Obsidiane, 2004).

La question de l’espace devient alors centrale, et complexe, comme spirale ou entrelacs. Cette spatialisation toute particulière est donc hantée : il y a toujours ici de l’ailleurs et d’autres horizons spatiaux et temporels (Michel Collot), et dans toute langue française Babel ébranle les traditions. C’est cette hypothèse, celle d’un champ poétique francophone déployant la question de l’espace dans toutes ses dimensions et ses enjeux possibles – hypothèse qui s’inspire d’un ensemble récent de recherches sur la poésie en langue française du XXIe siècle –, que l’on souhaite explorer, dans le souci de mettre en avant les deux œuvres poétiques mentionnées, tout en nous ouvrant à d’autres poètes, et ce à partir de deux caractéristiques propres au champ poétique actuel, l’une temporelle (l’extrême contemporain et la perception des temporalités) et l’autre spatiale et linguistique (la diversité francophone).

Les propositions pour une communication de 25 minutes, accompagnées d’une notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 15 novembre 2023 aux adresses suivantes : frederic.briot@univ-lille.fr, paul.dirkx@univ-lille.fr et jerome.hennebert@univ-lille.fr.

Réponse aux contributeurs le 30 novembre 2023.

Les communications seront publiées dans un numéro de revue avec comité de lecture.

Bibliographie indicative :

Alix, Florian – Lloze, Évelyne – Fonkoua, Romuald (dir.), 2022, Poésies des francophonies : état des lieux (1960-2020), Paris, Hermann, coll. « Vertige de la langue ».

Assoa N’Guessan, Pascal, 2016, La nouvelle poésie d’Afrique noire francophone. Ruptures, rénovations et transgressions, Paris, L’Harmattan.

Blanchaud, Corinne – François, Cyrille, 2016, Pour la poésie. Poètes de langue française (XXe-XXIe siècle), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll.  « Littérature Hors Frontière ».

Bouatenin, Adou, 2022, Introduction à la poésie francophone, Paris, L’Harmattan, coll. « Approches littéraires ».

Bourjea, Serge (dir.), 2013, Francophonies du proche. Les poésies d’expression française en Suisse et en Belgique, aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, coll. « Études transnationales, francophones et comparées ».

Eblin Fobah, Pascal, 2012, Introduction à une poétique et une stylistique de la poésie africaine, Paris, L’Harmattan.

Young, Lélia L.M. (dir.), 2013, Langages poétiques et poésie francophone en Amérique du Nord, Québec, Presses de l’Université de Laval.

Études de lettres [Université de Lausanne], 319 (2022). Dossier « Lyre multimédia. Nouveaux objets pour la critique de la poésie ».

Formes poétiques contemporaines [Université de Liège], 16 (2022). Dossier « Contre la poésie, les formes ».

Crédits

Responsables du Carnet et équipe éditoriale : Paul Dirkx, Marie Bulté, Frédéric Briot et Mathilde Berg

https://alithila.univ-lille.fr/composantes

Contacts : paul.dirkx@univ-lille.fr / marie.bulte@univ-lille.fr / frederic.briot@univ-lille.fr